Bases de données

Bibliothèques Challant, Madrus, Roncas

  • c. 1416 : Catalogue anonyme (Guillaume de Challant ?)
  • 1565-1566 : Inventaire légal de tous les biens, effets et écrits de René de Challant
  • ca. 1586, Livres de Jean Frédéric de Madrus
  • 1595, 22 mai : Inventaire des meubles et des biens retrouvés dans l'héritage jacent de feu Monseigneur Georges de Challant
  • 1615 : Inventaire Jean Gaudence de Madrus (Trente)
  • 1617-1618 : Inventaire des biens mobiliers retrouvés dans le château d'Issogne
  • 1630 : Inventaire Charles Gaudence de Madrus (Rome)
  • 1639 : Inventaire Pierre-Léonard de Roncas (Aoste)
  • 1660 : Inventaire Charles Emmanuel de Madrus (Trente)
  • 1728 : Inventaire Joseph Félix de Challant (Aymavilles)
  • 1775 : Catalogue du comte de Challant (Turin)
  • 1796 : Inventaire François Maurice de Challant (Châtillon)
  • post - 1850 : Catalogue (Châtillon)

Demi-gros  frappé G. de C.

château Saint-Maire

Sources :
L'Inventaire.
Le catalogue provient des Archives cantonales vaudoises où il est conservé sous la cote C IV 494 bis. Il est rédigé au recto et au verso d'une seule petite feuille sans indication ni date, excepté les mentions, au recto « Ici sont notés les livres » et au verso « Liste des livres en papier ». Cette feuille figure dans un dossier après un mince cahier comportant deux énumérations successives, 1525 et 1530, de la bibliothèque du Chanoine François des Vernets. L'écriture, l'encre, le papier de la feuille diffèrent de ceux du « cahier Vernets ». Comme le dit le paléographe et médiéviste Albert Bruckner, qui a effectué la transcription des items du feuillet, on ne peut pas tirer du dossier qu'il s'agit de la bibliothèque offerte par Guillaume de Challant au Collège des Innocents, ni même à qui appartenaient les livres. Il ajoute que cela ne peut être raisonnablement déterminé que par la comparaison avec la liste qui figure dans les minutes de la visite en 1529 de cette fondation oronné par le chapitre (Scriptoria medii aevi Helvetica. 11. p. 122-123).
C’est précisément à partir de cette comparaison que l’archiviste et historien Maxime Reymond croit pouvoir assurer que « le catalogue inédit est manifestement celui de la librairie léguée en 1419 aux Innocents par Guillaume de Challant », et en tirer que « l’évêque Guillaume de Challant possédait la bibliothèque dont nous avons le catalogue » ("Ecoles et bibliothèques du pays de Vaud au moyen âge" in Revue d'histoire ecclésiastique suisse, n° 29, 1933)
Ernest Chavannes (1881), qui a transcrit l'inventaire de 1529, voit aussi dans les livres de celui-ci « sans doute ceux qui avaient été légués par le fondateur » (Extraits des manuaux du Conseil de Lausanne (1383-1511) / publiés et annotés par Ernest Chavannes. 1881". p. 196).

Malgré ces incertitudes et approximations, c’est quand même sous couvert de Guillaume de Challant que l’inventaire anonyme, donné comme daté de 1416, a été mis en base. L'inventaire du 2 novembre 1529, conservé sous la cote Ac 15/1, a été ajouté à la suite pour comparaison.
Les transcriptions d'Albert Bruckner d'une part et d'Ernest Chavannes d'autre part ont été mis en rapport avec les originaux. La sobriété des descriptions des livres et le fait qu’il s’agit majoritairement d’exemplaires manuscrits font que par rapport aux autres bases du site les renvois aux œuvres identifiées, quand ils sont possibles, sont minimaux et n’ont qu’un caractère indicatif.

Biographie copiée de Dictionnaire historique de la Suisse :
Cité dès 1390, Guillaume de Challant est mort en 1431. C'est le fils d'Aimon et de Catherine Provana de Leini. Il était chancelier d'Amédée VIII de Savoie (1404) lorsque le pape avignonnais Benoît XIII le nomma évêque de Lausanne (1406). Il joua un rôle diplomatique important, notamment lors du Grand Schisme. Evêque très actif, il fit visiter son diocèse (1416-1417), fonda la maîtrise des Innocents pour former des clercs (1419), mena à bien la construction du palais épiscopal à Lausanne (château Saint-Maire). Il se montra favorable aux intérêts des bourgeois de Lausanne, qui purent installer une communauté juive et disposer d'un sceau communal. Il défendit son pouvoir temporel contre les prétentions d'Amédée VIII, notamment dans le domaine monétaire, et prit le titre de comte pour réagir à l'érection de la Savoie en duché (1416).
Autres sources :
Martin Schmitt, Mémoires historiques sur le Diocèse de Lausanne. Fribourg, J.-L. Piller, 1859. Volume 2, p. 148-160; Bibliographie de l'histoire suisse.

Signature de René de Challant

château de Valangin

Sources :
L'Inventaire (en cours de transformation)
L'inventaire original signé et paraphé par le notaire Castruzon est conservé aux Archives historiques régionales d'Aoste sous la cote : A.H.R, Fonds Challant, vol. 55 n° 1, Conte di Challant - Inventari legali e pupillari (1565-1590). En ont été extraits les livres répertoriés dans les châteaux du Val d'Aoste d'Issogne, Verrès et Aymavilles trouvés respectivement dans les cabinets dits "de la chapelle" (fol. ?r-?v) et "de la librairie" (fol. 27v-28v) pour le premier, dans la "grande salle auprès de la cuisine" (fol. 194r) pour le deuxième, et dans le "cabinet des droits" (fol. 77r et fol. ?) pour le troisième. Sont également inventoriés les meubles du château de Valangin (Suisse) et les livres présents dans la "chapelle" (fol. 396v-397v), ainsi que les meubles du château de Bauffremont (Lorraine) et les livres de la "Garde-robe sous la cage" (fol. 302v-303r).

Biographie :
René de Challant (né v. 1503/1504 à Issogne, dans la Vallée d'Aoste - mort le 11 juillet 1565 à Ambronay, dans le département de l'Ain). 5ème comte de Challant de 1517 à 1565. Administrateur, diplomate et soldat il est le plus illustre membre de la Maison de Challant et son action se caractérise par sa fidélité à la Maison de Savoie. Il est investi des seigneuries de Graines, Verrès, Issogne, Châtillon, Ussel, et Saint Marcel. Il porte également le titre de baron d'Aymavilles et de seigneur de la grange de Guadarpas dans le duché de Montferrat. Son héritage maternel lui apporte la principauté de Valangin, la baronnie d'Arberg, et de Bauffremont en Lorraine. Il fut d'abord gouverneur puis lieutenant général du duché d'Aoste, grand bailli, maréchal de Savoie, et enfin chevalier du grand ordre de l'Annonciade.
Voir Cartographie

Jean Frédéric de Madrus, Trento, Castello del Buonconsiglio. Monumenti e collezioni provinciali

Château d'Avio

Sources :
Livres de Jean Frédéric de Madrus Faute d'un inventaire connu de ses biens meubles et de sa bibliothèque, compilation de livres ayant appartenu à Jean Frédéric de Madrus à partir des documents suivants,

  • Regiam sibi bibliothecam instruxit : legature di pregio del secondo Cinquecento dalla raccolta di Gian Federico Madruzzo / Francesco Malaguzzi. Trento : Società di studi trentini di scienze storiche, [1993?].
  • Edizioni per i Madruzzo (1540-1659). Dedicatari, committenti e autori nella famiglia dei principi vescovi di Trento. Trento : Società di studi trentini di scienze storiche, 1993.
  • I Madruzzo e l’Europa: 1539-1658: i principi vescovi di Trento tra Papato e Impero. Dal PRÀ, Laura. Charta, Milano e Firenze, 1993.
  • Culot, Paul. "Un bibliophile du Trentin, Gian Federico Madruzzo (1531-1586). Les reliures frappées à ses armoiries" in Bulletin du bibliophile, 1997, no 1.
  • Markiewicz, André. "A propos d’une Reliure de la Bibliothèque Municipale de Nancy : Le bibliophile italien Gian Federico Madruzzo (1531-1586)" in Mémoires de l'Académie de Stanislas, 1999-2000, t. 14.

Biographie :
Jean Frédéric de Madrus (Madruzzo, Madrutz) (né à Trente ca. 1530 et mort à Rome ca. 1586), comte d’Avio, Marquis de Soriano, 6ème comte de Challant en conséquence de son union avec Isabelle de Challant le 1er octobre 1557 à Pavie, chevalier de l’Annonciade. Après avoir étudié à Louvain puis à Paris et avoir accompagné son oncle le cardinal Ludovico Madruzzo à la diète d'Augsbourg en 1547, Jean-Frédéric de Madrus opta pour les armes. Capturé par les Turcs à Ponza et emprisonné à Constantinople de 1552 à 1554, un échange le fit passer en captivité à Paris de 1554 à 1556. A son retour en "Italie" il remplit des charges militaires et diplomatiques à la cour de Savoie pour le duc Emmanuel-Philibert. En 1581, il devint le représentant de l'empereur Rodolphe II auprès du Saint-Siège

Voir Géobiographie

Armoiries de Georges de Challant

Sources :
L'inventaire (en cours de vérification) L'inventaire original est conservé aux Archives historiques régionales d'Aoste sous la cote: A.H.R, Fonds Challant, vol. 56, Conte di Challant - Inventari legali e pupillari Boîte no 2 (1595-1759). En ont été extraits les livres répertoriés dans le château de Châtillon, au Val d'Aoste (fol. 30v-32r).

Biographie :
Georges de Challant, (mort en février 1595) baron de Châtillon, seigneur d'Ussel et Saint-Marcel, Gouverneur, bailli et colonel du duc de Savoie.

Jean Gaudence de Madrus

Château de Riva del Garda

Sources :
L'inventaire (en cours de vérification)
Il est conservé à Trente, Biblioteca diocesana, fondo Felice Vogt, teca II sous le titre Inventario delli mobili dell Illustrissimo Signore Conte Gaudenzio Madruzzo Colonello di S. M. Cat. fatto a di 16 febraro 1615 : consignato a M. Antonio Contesino Milanese. Le document n'est pas paginé. En ont été extraits les feuillets relatifs aux livres numérotés ici de 1v à 5v.

Biographie :
Jean Gaudence de Madrus naît en 1562 (de Fortunato Madruzzo et de Margherita di Hohenems). Au service des Habsburg, il fut colonel du Roi d’Espagne, capitaine général du Tyrol (1604), capitaine des Alamans ( ? alamanni) dans l’état de Milan, et capitaine des châteaux épiscopaux de Riva, Tenno et Stenico. Résident à Riva del Garda, il porta le titre de baron de Avio et de Brentonico (1610). Il eut des charges militaires, diplomatiques et de haute administration. Il eut pour épouse Caterina Orsini († 1599), dont il eût trois filles (Giovanna, Margherita et Elena), puis, en secondes noces (1602) Alfonsina Gonzaga Novellara († 1647). Il mourut à Riva del Garda en 1618.

château d'Issogne

Sources :
Les livres dans l'inventaire (en cours de transformation).
Conservé aux Archives historiques régionales d'Aoste, l'inventaire fait partie du Fonds Challant, vol. 55 n°1, Conte di Challant - Inventari legali e pupillari, liasse 1 (1565-1590), doc. 1. Bien que répertoriant tous les biens meubles du château d'Issogne au 2 janvier 1618, ce n'est pas un inventaire après décès. Ordonné par le jeune comte de Challant, Charles Emmanuel de Madrus, et commencé le 15 décembre 1617 dans le contexte de l'occupation du château de Verrès par Paul-Emmanuel de Challant, il pourrait avoir eu pour mobile de prévenir les prétentions de la branche Challant-Fénis sur les biens dévolus à la branche Challant-Madruzzo. A cette date, Charles-Emmanuel, né en novembre 1599, n'ayant que dix-huit ans, il est apparu que les livres inventoriés dans le cabinet à livres de la Chapelle et la chambre du Comte représentaient plutôt la bibliothèque de son père René Emmanuel, et plus généralement celle de la famille.

Biographie :
Emmanuel René de Madrus (1558-1614), obtient en commende en 1580 la prévôté à Aoste de la collégiale de Saint-Ours, qui devient désormais bien quasi familial. Il épouse Philiberte de la Chambre en 1598, et hérite des nombreux biens et titre de sa mère, Isabelle de Challant, devenant comte de Challant et baron d’Aymavilles. Il en fut investi par le duc Charles Emmanuel de Savoie (1604) dont il était par ailleurs chambellan et conseiller. Il participa aux guerres de Flandre au service de l’Espagne, contre les français, sous les ordres d’Alexandre Farnèse, puis de l’Archiduc Albert d’Autriche. Il mourut en juillet 1614.

Charles Gaudence de Madrus

Sources :
Les livres dans l'inventaire.
Conservé aux Archives d'Etat de Rome, ASRoma, Notaio A-C, Sante Floridus, n. 2991, cc. 206-268, 28 gennaio 1630 e segg., l'inventaire a été dressé dans le palais du cardinal au "Borgo S. Pietro", voisin du "Ponte di S. Pietro", en présence du Secrétaire du feu Cardinal, Angelo Corradi, et avec l'intervention d'Antonio Marrocchio, Pietro fils de feu Paolo Marrocchi, Antonio Dorij (?) Tridentinae Diocesi in Urbe degentibus, et Giovanni Maria Angioletto Perusino (Perugia). La bibliothèque du cardinal est inventoriée à part, du fol. 238v au fol.262v, sans précision de l'endroit où elle se trouvait et sans estimation.

Le fac-similé de l'original est présenté ici en feuilleteur sur la partie gauche de la fenêtre. Les feuillets s'y succèdent en distinguant suivant qu'ils sont recto ou verso. Il est possible en cliquant sur n'importe lequel d'entre eux d'en obtenir une vue agrandie.
La partie droite de la fenêtre aligne aussi bien que possible, pour chaque feuillet, les transcriptions aux items. Pour faciliter le rapprochement, les lignes des transcriptions ont été numérotées. La recherche avancée sur le numéro du feuillet permet de mettre en face à face les transcriptions et les items du feuillet concerné.
Les items en violet désignent les ouvrages signalés comme étant des manuscrits ou dont la reliure est décrite. Les items en rouge désignent les ouvrages spécifiquement dédiés au cardinal, à l'exception d'un seul qui concerne la soeur du cardinal, Cristiana Madruzzo Challant.
Par l'impression on accède au couplage des items avec une édition existante des ouvrages.
Il convient d'insister sur le fait que les éditions exhumées en fonction des items originaux sont, sauf certaines, hypothétiques par rapport aux éditions réellement possédées par le cardinal. La reconstitution a seulement pour objet d'appréhender par son intermédiaire l'ensemble culturel sous-jacent.

Biographie :
Second fils de Jean Frédéric de Madrus et d'Isabelle de Challant, Charles Gaudence de Madrus naquit au château d'Issogne, en Vallée d'Aoste en 1562, et mourut à Rome le 14 août 1629. Il est un arrière-neveu du cardinal Cristoforo Madruzzo (1542) et un neveu du cardinal Ludovico Madruzzo (1561). Carlo Madruzzo est abbé commendataire de S. Cristoforo di Nizza della Paglia, dans le Monferrat, abbé commendataire de Saint-Paul à Besançon et prévôt puis prieur de la Collégiale de Saint-Ours à Aoste, jusqu'en 1616. Il est aussi chanoine à Trente et Augsbourg. En 1595 il est nommé archevêque titulaire de Smyrne et coadjuteur de son oncle Ludovico Madruzzo comme évêque de Trente. Il lui succède en 1600. Il est ensuite créé cardinal par le pape Clément VIII lors du consistoire du 9 juin 1604. Le cardinal Madruzzo participe aux deux conclaves de 1605 (élection de Léon XI et de Paul V), de 1621 (élection de Grégoire XV) et de 1621 (élection d'Urbain VIII).

Pierre Léonard Roncas

inventaire (extrait)

Sources :
Les livres dans l'inventaire (en cours de vérification) Signé par les différents participants et authentifié par le notaire Nicolo della Pietra di Cambiano l'original est conservé aux Archives historiques régionales d'Aoste, fonds Roncas, actes différents, liasse 27, catégorie 295, sous le titre 1639-28-9bre - Inventaro legale dell’illustrissimo et eccellenttissimo signor marchese di Caselle - 1639-28-9bre. Les livres de la bibliothèque y sont répertoriés en deux endroits fol. 26v-30v et fol. 54v-57r) sans précision des pièces dans lesquels ils se trouvaient, mais assortis d'une évaluation faite par le libraire Giobernaudo Baudotto d'Aoste convoqué à cet effet.
La revue Bibliothèque de l'Archivum Augustanum a publié en 2004 (V, nouvelle série, pages 201-278) sous le titre "Dimore, mobili, libri e beni di Pietro Leonardo Roncas in due inventari seicenteschi" un travail plus complet de Guido Gentile qui ajoute à l'inventaire produit ici un inventaire plus ancien datant de 1617. Une mise en ligne de ce travail est accessible sous la bannière du Système valdôtain des bibliothèques (SBV).

Biographie :
Pierre-Léonard Roncas (né à Aoste en 1562 - mort à Aoste le 21 avril 1639) Premier Secrétaire d'État (1603-1607), seigneur de La Salle et Morgex (1590), Baron de Châtel-Argent (1598) seigneur de Saint-Pierre, Cly... fut l’un des personnages les plus puissants de la Vallée d’Aoste mais aussi des États de Savoie à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle. Voyez une biographie détaillée sur le site évoqué ci-dessus et sur le site Esprit valdôtain.

Charles Emmanuel de Madrus

Sources :
L'inventaire (en cours de transformation)
Il est conservé à Trente, Archivio di Stato di Trento, AV, sezione latina, capsa 34, n° 43. Le dénombrement des "livres et autres objets retrouvés aux archives" apparaît au verso du feuillet 18 et s'arrête au verso feuillet 23. Les livres inventoriés ne sont pas estimés.

Biographie :
Charles Emmanuel de Madrus (1599-1658), fut le 8ème comte de Challant et prince évêque de Trente. Coadjuteur de son oncle cardinal, prince évêque de Trente, Charles Gaudence, entre 1622 et 1630, il le devint à son tour de 1630 à 1658. Filleul du duc Charles Emmanuel de Savoie il est le fils aîné de Emmanuel René de Madrus comte de Challant, et de Philiberte de la Chambre. Des 9 ans, il fut envoyé chez son cousin Jean Gaudence de Madrus, préfet et capitaine de Riva del Garda. Il étudia dans les académies des jésuites de München (allemand et latin) puis Ingolstadt (rhétorique et philosophie). Il étudia ensuite le droit à Pérouse (diplôme avant 1617). Il fut en 1615 investi des biens de famille, comme comte de Challant et baron d’Aymavilles. Il devint en 1616 commendataire de S. Paul à Besançon, de S. Abbondio de Corno et devint prévôt de Saint Ours, à Aoste. En 1618 il devient aussi abbé commendataire de S. Cristoforo di Nizza della Paglia, dans le Monferrat, tous bénéfices presque de famille. En 1635 il devint aussi prévôt de Saint Gilles à Verrès au val d'Aoste, dont les Challant étaient traditionnellement les patrons. En 1631 il eut du pape le prieuré de Campiglio, avec d’autres prieurés trentins. Au-delà de ces rentes, il fut chanoine à Trente en 1616, par élection du chapitre, puis à Bressanone en 1621, en même temps qu’il fut ordonné sous-diacre. En 1622 il devint coadjuteur de son oncle, à l’évêché de Trente. Il eut le presbytérat le 28 octobre 1627 et trois jours après l’épiscopat. Deux ans après, en 1629 il fut confirmé par le consistoire évêque de Trente, et en prit tous les pouvoirs spirituels et temporels. Son épiscopat fut très agité, religieusement et politiquement. Il mourut le 15 décembre 1658, à l’âge de 59 ans, d’une crise cardiaque. Ses biens furent partagés entre la chambre épiscopale, les Wolkenstein-Trostburg, et les Lénoncourt, ces deux dernières familles apparentées avec lui par les femmes.

Château d'Aymavilles

Sources :
Inventaire en cours d'informatisation.
L'inventaire original est conservé aux Archives historiques régionales d'Aoste et fait partie du Fonds Challant, vol. 182, Aymavilles, Enfiteusi -Scrittre diverse, Mazzo 1° (1356-1768), doc. 13. Il est intitulé Cathalogue des livres d'aijmaville[sic] et daté du 6 xbro (décembre) 1728 [sic]. Les feuillets ne sont pas paginés et les livres sont recensés par tiroir.

Biographie :
Baron des Aymavilles [sic in De Tillier, Nobiliaire] (décès en 1748), pas d’alliances en 1733. Il est à l’origine de la remise en état et modernisation lourde du château d’Aymavilles en 1728 (démolition du mur d’enceinte, restructuration des terrains environnant le château en jardins et parc arboré, création des loges au décor baroque « rococo », création du grand escalier).

Catalogue

Sources :
Catalogue en cours de mise en ligne.
Il s'agit, non d'un inventaire (voir suivant), mais d'un catalogue manuscrit de bibliothèque dont il intègre l'organisation. C'est un document privé qui fait partie des archives du château de Châtillon et appartient à la famille Passerin d’Entrèves.

Biographie :
Le catalogue a été réalisé pour François Maurice Grégoire de Challant Châtillon, comte de Challant, comte de Montjovet, baron de Châtillon. Il est intitulé Catalogue du cabinet à livres du comte de Challant et présenté à l'image des livres avec le lieu d'édition, Turin, et l'année, 1775.

armoiries du mariage Challant/Canalis de Cumiana

Sources :
Inventaire en cours d'informatisation.
L'inventaire est conservé aux Archives historiques régionales d'Aoste, Fonds Challant, vol. 243, n° 4. Il consiste en un fascicule de folios, sur papier timbré, portant comme titre l’indication : Inventaro, ossia descrizione degli effetti cadenti nell'eredità dell'ora fù Illustrissimo Signor Francesco Maurizio Challant di Chatillon, sulla consegna fattane dall'Illustrissima Signora contessa Gabriela Challant, nata Canalis di Cumiana, tutrice dell'Infante Illustrissimo Signor conte Giuglio Maurizio Challant di Monjovet Chatillon, di lei figlio. La partie relative aux livres n'est pas foliotée, mais les livres sont numérotés et évalués.

Biographie :
Né en 1749, François Maurice de Challant, comte de Challant, comte de Montjovet, baron de Châtillon, épousa Gabrielle Canalis de Cumiana, qui hérita à sa mort de tous ses biens († Turin le 29 mars 1796). Elle épousa en secondes noces Aimé Passerin d’Entrèves, dont elle n’eut pas d’enfants. Les héritiers d’Aimé dispersèrent la bibliothèque entre différents châteaux et autres lieux de la famille.

armoiries du mariage Challant/Canalis de Cumiana

Catalogue en cours d'informatisation.

Sources :
Il s'agit d'un document manuscrit privé figurant dans les archives du château de Châtillon. Il appartient à la famille Passerin d’Entrèves. Il semble avoir été rédigé pour la bibliothèque de Châtillon, soit pour Aimé Passerin d’Entrèves, après son mariage avec Gabriella Canalis de Cumiana, alors veuve de Challant, soit au moment du passage de la propriété à ses héritiers (1846), avant la dispersion des fonds.

Turin, la Grande Galerie

Inventaire en cours d'informatisation.

Sources : Archives d'Etat de Turin

  • L’inventario redatto da Giulio Torrini

  • Version pdf du Manuscrit : Ricognitione, o sia Inventaro de libri ritrovati nelle Guardarobbe della Galleria di S.A.R.le doppo la morte del Protomedico Boursier, fatta nel marzo del 1659 dal Protomedico Torrini al Secretario Giraudi d’ordine S.R, rédigé par Torrini et son fils (médecin également) en 1659

  • Exemplaire dactylographié de la laurea de Mauro Albenga, Inventario della Biblioteca Ducale del Protomedico e bibliotecario Giulio Torrini, soutenue à l’Université de Turin, devant Marziano Guglielminetti, année académique 1990/1991 (recherche et commentaire, transcription du manuscrit).

Biographie :
Giulio Torrini naquit en 1607 à Lantosque dans la vallée de la Vésubie, près de Nice, et mourut à Turin vers 1670. Il fut le médecin personnel du cardinal Maurice de Savoie, de la duchesse Marie Christine et du duc Charles Emmanuel II dont il devient le premier médecin en 1668. Il succède à Pierre Boursier en 1659 à la tête de la bibliothèque ducale. Auteur de mars à avril 1659 du premier inventaire complet de la bibliothèque, qu’il rédigea avec son fils, médecin comme lui, il nous restitue, plus ou moins précisément, l’état de la bibliothèque ducale en 1659. Il fut aussi auteur de divers ouvrages de médecine, astronomie, cosmographie et de compositions poétiques.

Theatrum Sabaudiae, Regulae Bibliothecae..

Inventaire en cours d'informatisation.

Sources : Archives d'Etat de Turin

Biographie :
Philibert Marie Machet, avec la collaboration d’autres érudits, réorganise en 1713 la Bibliothèque ducale devenue royale. Elle comprend environ 9000 ouvrages, géographiquement dispersés et mal catalogués, du fait en particulier de l’incendie de décembre 1667.

Avertissement

La suite de vignettes ci-contre représente la liste des documents, à partir desquels ont été exhumées un certain nombre de bibliothèques nobiliaires valdôtaines.

Leur seront ajoutés les deux grands inventaires réalisés au XVIIe et au XVIIIe siècles à Turin de la bibliothèque royale. Celle-ci rivalisait avec les bibliothèques des grandes cours européennes, tant par l'éminence des textes, l'élégance des impressions et des reliures que par l'exhaustivité des parutions et des thèmes. Teatro di tutte le Scienze e le Arti et fierté ultime des princes collectionneurs, elle servira à étalonner pour la période les différentes bibliothèques nobiliaires retrouvées.

Chaque vignette est réactive. Elle conduit à une fiche de présentation, qui oriente vers une mise en base de données.

Quel que soit le type de document, inventaire post mortem ou catalogue, les bases sont construites sur le même principe. Leurs enregistrements distinguent : le feuillet dans lequel intervient l'item manuscrit, la ligne du feuillet qu'il occupe, sa transcription, l'ouvrage éventuellement correspondant et en conséquence les principaux éléments qui le décrivent : auteur, titre, lieu d'édition, éditeur, date d'édition, format, nombre de volumes, nombre de pages, langue originale ou traduction, avec les différentes localisations que signalent les catalogues actuels. Suivant les cas, quand l'inventaire comporte des estimations, celles-ci ont été intégrées. Les items en violet distinguent les manuscrits ou les exemplaires dont la reliure est décrite. Les items en rouge désignent, lorsqu'ils le sont, les ouvrages dédiés, comme par exemple certains livres l'ont été au cardinal Carlo Gaudenzio Madruzzo.
Il convient d'insister sur le fait que les éditions rapportées aux items originaux sont, sauf certaines, hypothétiques par rapport aux éditions réellement appartenues. La reconstitution a seulement pour objet d'avoir une idée des divers ensembles culturels que ces diverses collections de livres exprimaient. 

Nota Bene

Les évolutions informatiques et les modifications opérées par les portails référents ont rendu inopérants un nombre important de liens. Leur nécessaire adaptation est en cours. Cependant le volume de l'ensemble rend le travail long et, je l'avoue, fastidieux, d'autant qu'il s'agit d'un travail déjà fait. L'avantage est qu'il incite à quelques changements.

Désormais, les originaux (1416, 1618 et 1630) sont, ou, pour les autres, seront, présentés en feuilleteur sur la partie gauche de l'écran. Les feuillets s'y succèdent, en distinguant suivant qu'il s'agit de leur recto ou de leur verso. En cliquant sur n'importe lequel d'entre eux on obtient leur agrandissement.
Les transcriptions de chacun de leurs items figurent sur la partie droite de l'écran et sont numérotées. Le nombre des items n'étant pas uniforme suivant les feuillets (de 20 à 30 et plus), il n'est pas possible, sauf à mettre en place une commande pour chaque feuillet, d'aligner strictement les transcriptions. Néanmoins le lecteur peut l'obtenir en se servant de la recherche avancée sur le numéro du feuillet, qui permet de mettre en face à face les transcriptions et les items du feuillet concerné.
Enfin par l'impression on accède au couplage des items avec les éditions repérées et choisies des ouvrages.